Covid-19 et pratique de l’endoscopie

Pratique de l’endoscopie digestive adaptée au risque de Covid-19.

L’ANGH relaie l’information de la SFED et de la SFAR concernant la prise en charge en endoscopie digestive (programmée ou urgente) après évaluation du risque Covid-19.
Vous trouverez dans ce document des précisions concernant le parcours patient et notamment sur la place de RT-PCR Covid-19.
Un questionnaire Covid-19 intervient à toutes les étapes de la prise en charge. Il vous en est proposé un exemplaire-type dans les annexes de même qu’une Notice d’information Patients.
Concernant la qualité et le renouvellement de l’air dans les salles d’endoscopies, vous aurez en annexe la marche à suivre (délai entre 2 endoscopies hautes) en fonction du type de système de traitement de l’air de votre établissement (centrale de ventilation, ventilation mécanique contrôlée, fenêtres…).

Et ici, un autre document répondant à la question “quand réaliser une endoscopie digestive à un patient ayant eu le Covid-19?”

Covid-19 et ce à quoi nous avons échappé…

Covid-19 et ce à quoi nous avons échappé…

Nous vous donnons les résultats principaux de 2 enquêtes épidémiologiques françaises qui nous permettent de mieux préciser le visage de l’épidémie Covid-19 en France et la catastrophe sanitaire qu’a permis d’éviter le confinement mis en place le 17 mars.

– Selon une étude publiée le 22 avril par des épidémiologistes de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), ce sont plus de 60.000 décès que le confinement aurait permis d’éviter dans les hôpitaux. Si le virus avait suivi son cours, 23 % de la population aurait été infectée pendant cette période, occasionnant une vague de cas graves impossible à absorber par les établissements de santé. Près de 670.000 patients auraient eu besoin d’être hospitalisés, et au moins 140.000 cas graves auraient dû être pris en charge, nécessitant plus de 100.000 lits de réanimation. Rien qu’en Ile-de-France, plus de 30.000 lits auraient été nécessaires. En comparaison, les 7.148 patients hospitalisés en réanimation le 8 avril – au pic – font figure de goutte d’eau.

– Les prévisions de l’Institut Pasteur, de Santé publique France et de l’Inserm mises en ligne le 21 avril montrent également l’impact massif qu’a eu le confinement en France en faisant passer le taux de contagiosité R0 de 3,3 avant le confinement à 0,5 (réduction de 84%). Selon cette même étude, le taux de létalité du Covid-19 est de 0,53% avec des différences selon l’âge (0,001% chez les < 20 ans vs 8,3% chez les > 80 ans) et le sexe quand les hommes ont un risque supérieur d’hospitalisation, de passage en réanimation et de décès par rapport aux femmes. Enfin, avec une prévalence de l’infection à 5,7% de la population générale, celle-ci révèle de fortes disparités régionales qui seront peut-être un élément de réflexion dans la mise en place du déconfinement prévu à partir du 11 mai.


Source: Le Monde des 22 et 24/04/20.

Covid-19 et dénutrition

Covid-19 et dénutrition

Vous l’avez remarqué, l’infection à Covid-19 est une situation hypercatabolisante qui pose le problème d’une prise en charge nutritionnelle adaptée.
Voici pour vous aider l’algorithme décisionnel que nous a transmis l’équipe de Créteil. Il est applicable aux patients hospitalisés hors-réanimation.

Information Covid 19

Informations Covid-19 (2)

Nous continuons de relayer les préconisations de sociétés savantes pour adapter la prise en charge de nos patients à cette période d’épidémie Covid-19.

patient atteint de maladie du foie (source AFEF)
patient atteint de cancer digestif (source SNFGE)

Pour retrouver d’autres préconisations de sociétés savantes, cliquez ICI.

Voici aussi les préconisations du GIHP (Groupe d’intérêt en Hémostase Périopératoire) et du GFHT (Groupe Français d’études sur l’Hémostase et la Thrombose) concernant la prévention du risque thromboembolique par anticoagulant et sa surveillance chez le patient atteint de Covid-19.

Vue en ME d’une cellule apoptotique infectée (en rouge) par le virus SARS-Cov-2 (en jaune). Source: Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).